Les Escales X Binic Folk Blues, à chaud [UEE#4]

Cette série d’articles « À CHAUD » est écrite directement à la sortie des festivals. On va surtout causer des prestations des groupes et les articles de fond arriveront pour l’hiver 2017. Pour cette édition, je suis accompagné de ma dessinatrice, Rozenn Bothuon, qui croque les festivals sur place. Ni la pluie, ni le vent, ni les pogos ne l’arrêtent.


esacles et binic 2016 01

Deux festivals, deux ports, qu’est-ce que ça donne ?

On n’est pas arrivés super tôt sur le site des concerts des Escales, à Saint Nazaire, ce qui fait qu’on n’a pas vraiment vu Faada Freddy, juste aperçu de loin en prenant nos marques sur le site et un premier verre au bar. En passant par hasard prêt de la scène estuaire, on est tombés sur Alice Phoebe Lou, une artiste Sud africaine qui habite à Berlin et qu’on ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam. Je crois que c’est ce qu’on peut appeler « une putain de bonne découverte de festival», le genre d’artiste sur laquelle tu tombes sans t’y attendre et qui te parle carrément. Le dispositif est très simple, guitare et voix fragile/douce/aérienne, une batterie et un gars au machine. C’est très doux, mais traversé par une tension rock’n’roll, un peu comme si elle a certes choisi de faire de la pop mais qu’elle écoute plein de trucs et qu’on sent que les différentes influences sont diluées non pas directement dans ses morceaux mais dans son être. Preuve s’il en faut, elle était présente en coulisse pendant le concert suivant, qui n’était autre que…

esacles et binic 2016 02

Alice Phoebe Lou et son crew

Iggy Pop putain Iggy Pop ! Il commençait à me manquer, ça faisait trois ou quatre ans que je ne l’avais pas vu. Hey, on ne va pas mentir, c’est pour lui qu’on était là. Ma dessinatrice ne l’ayant jamais vu, et traumatisée par les morts successives de Lemmy, David Bowie et Keith Richards, voulait absolument voir l’Iguane avant qu’il ne cane. Rendez-vous donc pris, et on n’a pas été déçu. Les autres fois je l’avais vu avec les Stooges, et donc tous les musiciens sur scène étaient cool. Là non, aucune idée de qui formait son backing band, ce qui fait qu’Iggy est d’autant plus magnétique vu que pour le coup il n’y en a que pour lui. Il tient toujours la forme et donne un concert ultra généreux, on a l’impression qu’il est au moins aussi content que nous d’être ici. Et bordel, le début du concert ! J’ai cru qu’il voulait tous nous tuer en enchaînant No Fun, I Wanna be your dog, The Passenger et Lust for life ! Un peu à froid pour démarrer mais après c’était parti, et toute la setlist était au top. C’est. Vraiment. Trop. Coooool. Le pogo était pas mal vénère, mais normal à un concert comme ça, et n’a pas gâché la fête. Yes yes yes.

Allez, on n’était pas venus UNIQUEMENT pour la Pop corp. Skip&Die vs Lindingo nous faisait aussi de l’oeil et on n’a pas été déçu. On n’a vu que la fin parce qu’on a pris un bon moment pour se remettre de la déferlante précédente, mais le final était bien cool. Plein de monde sur scène, ça groove au top. On a vu un peu Dookoom, c’est pas mal, très brut, mais je n’en ai quasi pas de souvenir. Je me souviens un peu mieux de Caravan Palace. J’étais curieux de les voir – c’est un nom connu – mais ça nous a gonflé au bout de trois chansons. C’est pas très inspiré et chiant, en fait. Préférez Parov Stelar, y’a pas photo.

esacles et binic 2016 03

On a pioncé à sur un site mégalithique entre les deux festivals, c’était chouette.

Changement d’atmosphère et de région, on a fait le Binic Folk Blues les samedi et dimanche. L’ambiance était au top, comme on le verra cet hiver, par contre la prog a manqué de prestations vraiment marquantes. Ça donnait un peu l’impression que tout était trop ronronnant, mais c’est peut-être parce-que j’avais l’esprit un peu ailleurs, les soucis tout ça, vous connaissez. Résultat, le samedi on a vu The Shivas, un groupe pas mal style rock ensoleillé de Californie, Head On, quintet rock burné mais pas délirant, Hits, des Australiens qui ont fait le spectacle mais sans que la sauce ne prenne jusqu’au bout, King Mud, qui a rempli le rôle de « groupe blues crasseux » mais là encore l’inspiration manquait et on aurait dit que le soufflé n’en finissait pas de gonfler et retomber

Après c’était quand même cool hein ! Tous les trucs que j’ai cité étaient chouette. Il y avait aussi Mr David Viner, de la folk song touchante, The Ausmuteants que j’ai bien aimé même si ça criait un peu beaucoup pour pas grand chose. Les Wave Chargers étaient bien, mais ont le défaut des groupes de surf : c’est vite chiant. Ils essayent bien de renouveler un peu le style mais on sent que ce n’est pas facile.

esacles et binic 2016 05

Mais sans mentir, l’ambiance du festival en général était au top.

A cause de grèves à San Francisco, Kelley Stoltz a dû annuler. Ça n’aurait pas été grave si on l’avait sû, mais on ne l’a pas sû. Ça n’aurait pas été un problème si James Leg n’avait pas vu son horaire déplacé, mais son horaire a été déplacé. Donc on a raté – encore – James Leg, et on est fumasses. On a vu a peine une chanson et demi, dont un medley excellent de Jumpin’ Jack Flash/Search & Destroy. Heureusement, il se murmure qu’une date va potentiellement se booker dans une certaine bergerie…

Comme on était blasés d’avoir loupé le concert, on a voulu assurer les arrières et on s’est calé au premier rang pour attendre le dernier concert, Roy & the Devil’s Motorcycles. Bien nous en a pris, le concert était génial. Du rock psyché entre My Sleeping Karma et 22 Pisterpirkko, c’était top. Par contre, l’un des trois guitaristes avait un sale look, on aurait dit le gars de Scorpions, c’était chaud. Mais c’était bien. Mais c’était chaud.

esacles et binic 2016 04

Roy & the Devil’s Motorcycles

Enfin bref, Binic Folk Blues 2016 c’était bien, mais l’article hivernal lui rendra bien plus les honneurs qu’il mérite que celui-ci. Et puis de toute façon, le meilleur groupe qui a joué ce week-end-ci n’était pas sur la prog officielle – et ce n’est pas moi qui le dit. Allez donc découvrir ça par ici.


Sur ce, rendez-vous l’hiver prochain pour l’article de Une épopée estivale#4.

Suivez la page Facebook pour rester informés des prochains articles, voir mes photos des fest et être au courant de notre actu.

Bisous les lecteurs.